Nouvelles

La concertation : une force et une richesse institutionnelle, mais aussi de société !

Par : Véronique Lareau

En 2017, c’est avec bonheur que je joins les rangs du Collège de Rosemont à titre  de travailleuse sociale dédiée aux violences à caractère sexuel. Ce poste est aussi  en lien avec l’implantation du plan d’action gouvernemental pour contrer et  prévenir les violences sexuelles en enseignement supérieur. Un collègue à moi, à  l’époque, me met au défi de créer une table de concertation pour mieux collaborer  entre cégeps, entre universités. Je décide de prendre la balle au bond et lance  l’idée, un peu informellement, lors d’un colloque interculturel organisé par ce  même collègue. De cette initiative, un peu naïve, naîtra la Table intersectorielle sur les violences à caractère sexuel en milieu collégial (TIVCSC).

Lorsque je parle de naïveté, je fais essentiellement référence au fait que je ne  croyais pas que cette initiative évoluerait autant et répondrait à autant de besoins  (partage, créativité, analyse, etc.) au fil du temps.

J’ai voulu créer ce regroupement intersectoriel afin qu’il puisse permettre à tous les  acteurs et actrices gravitant autour des enjeux touchant aux violences sexuelles  (intervenant.e.s cégeps et universités, policiers, gouvernement, chercheur.e.s,  gestionnaires, DPJ, organismes communautaires, survivant.e.s, etc.) d’échanger,  de travailler dans la même direction.

Pour moi, regrouper ces personnes autour d’un même sujet est d’une richesse  inestimable afin de faire avancer la problématique, afin de pouvoir la penser à  plusieurs têtes, avec plusieurs expertises, afin de changer les choses, un pas à la  fois. C’est aussi accepter de regarder le prisme sous toutes ses facettes, même si  parfois, ce qu’on y voit nous rebute, nous décourage. Car ne nous méprenons  pas, il s’agit d’un mouvement social qui brasse clairement des structures parfois  très solides mises en place et les membres de la TIVCSC ont tous et toutes un  objectif commun : faire changer la culture.

Je garderai toujours en tête cette image d’une formation sur les violences  sexuelles d’une collègue qui nous montrait la photo d’un iceberg : il y avait la partie  visible et la partie invisible. Si nous visons le changement de culture, il faut  travailler sur l’invisible, tenter du moins de l’approcher, de le toucher, ensemble et  non individuellement, on parle alors des causes profondes, de ce qu’on appelle :  la culture du viol.

Ces dernières années, de nombreuses initiatives ont été mises de l’avant, en  enseignement supérieur et socialement pour combattre les violences à caractère  sexuel. Je pense que cette concertation peut rejaillir et donner une bouffée d’air  aussi aux survivant·e·s car elles/ils peuvent constater régulièrement que ce type  de violence est de moins en moins passé sous silence.

Je tiens à saluer aujourd’hui, en terminant, le travail de ces personnes de cœur,  provenant de tous les horizons et qui s’allient autour d’une problématique qu’il faut  combattre, qu’il faut déjouer afin que prime une culture de consentement, de  respect et d’égalité.

La Table intersectorielle sur les violences à caractère sexuel compte aujourd’hui  plus de 230 membres et un comité de coordination investi, le tout en lien constant  avec la Fédération des Cégeps.

Véronique Lareau

Véronique Lareau (elle) est travailleuse sociale et bachelière de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle est également détentrice d’un certificat en Immigration en relations interethniques de la même université. Elle occupe actuellement le poste de travailleuse sociale dédiée aux violences à caractère sexuel au Collège de Rosemont (Montréal/Tiohtià:ke) depuis 5 ans. Elle a travaillé durant 10 ans auprès de victimes de violence conjugale, familiale et d’exploitation sexuelle. Ses fonctions actuelles l’amènent à offrir un accompagnement aux survivant.e.s de violences sexuelles, à offrir de la formation au sein de son institution d’enseignement, des activités de sensibilisation et à agir à titre de professionnelle-conseil auprès de son institution d’enseignement. Elle a créé en 2017, la Table intersectorielle sur les violences à caractère sexuel en milieu collégial (TIVCSC) qu’elle coordonne actuellement.

Nouvelles connexes

A Conversation with Amal Elmi

With Farrah Khan, Possibility Seeds Founder Amal Elmi is the Senior Advisor, Gender and Sexual Violence Prevention and Support at Carleton University. With her thoughtful and innovative approach to the

Read More