Nouvelles

Violences sexuelles à l’université : est-ce que les étudiant.e.s-athlètes sont plus à risque ?

Par : Stephanie Radziszewski, Ph. D.

Dans les dernières années, autant les études scientifiques que les médias ont rapporté des témoignages d’athlètes qui ont vécu de la violence sexuelle en contexte sportif. Plus spécifiquement dans le milieu universitaire, plusieurs études ont rapporté que le fait d’appartenir à une équipe sportive augmentait le risque de commettre des actes de violence sexuelle [1]. En revanche, peu de recherche a évalué quel était le risque des étudiant.es-athlètes universitaires de vivre de la violence sexuelle. Un récent article de Sylvie Parent et collègues [2] a donc cherché à faire la lumière sur cette question à l’aide des données de l’Enquête sur la sexualité, la sécurité et les interactions en milieu universitaire (ESSIMU) [3].

Qu’est-ce que nous avons appris ?

Les étudiant.es-athlètes sont plusieurs à vivre de la violence sexuelle en contexte universitaire

Les participant.es ont rapporté qu’iels étaient 38 % à avoir vécu du harcèlement sexuel, 20 % à avoir vécu des contacts sexuels non désirés et 5 % à avoir vécu de la coercition sexuelle au cours des douze derniers mois. Au total, 42 % des étudiant.es-athlètes rapportaient avoir vécu au moins une des formes de violence sexuelle durant cette période. Ces proportions soulignent que la violence sexuelle est un enjeu important à adresser au sein des équipes sportives universitaires.

Les étudiant.es-athlètes ne sont ni plus ni moins à risque de vivre de la violence sexuelle en contexte universitaire

L’étude a permis de comparer le vécu de violence sexuelle à l’université des 267 étudiant.es-athlètes et des 6 218 étudiant.es non-athlètes [2]. Les analyses ont révélé que le statut d’étudiant.e-athlète ne change pas significativement le risque de vivre de la violence sexuelle en contexte universitaire. D’autres caractéristiques représentaient toutefois des facteurs de risque au sein des étudiant.es-athlètes, notamment l’âge et le fait d’avoir vécu des abus sexuels durant l’enfance. Comme les étudiant.es-athlètes partagent un niveau de risque similaire que leurs collègues non-athlètes de vivre de la violence sexuelle en contexte universitaire, il s’avère important de les inclure dans les stratégies d’intervention et de prévention.

Le contexte du vécu de violence sexuelle des étudiant.es-athlètes présente certaines particularités

Il y avait plusieurs similarités parmi les participant.es (athlètes ou non-athlètes) ayant rapporté un vécu de violence sexuelle en contexte universitaire au cours des douze derniers mois. Chez les deux groupes, d’autres étudiant.es étaient le plus fréquemment identifié.es comme ayant commis les actes de violence sexuelle. Les incidents survenaient principalement lors de fêtes ou d’activités sociales (excluant des initiations sportives) ou encore dans un contexte d’enseignement, et ce, pour les deux groupes. Toutefois, les étudiant.es-athlètes étaient plus à risque que la violence sexuelle ait été vécue dans un contexte sportif, incluant lors d’initiations. Bien que ces résultats soient peu surprenants, ils soulignent l’importance d’adapter les mesures d’intervention et de prévention au contexte spécifique des étudiant.es-athlètes universitaires.

Qu’est-ce que nous devrions faire ?

L’étude de Sylvie Parent et de ses collègues [2] a souligné l’importance d’adresser les enjeux de violence sexuelle vécus par les étudiant.es-athlètes en milieu universitaire. Bien que les résultats soient pertinents, davantage de recherche est nécessaire pour approfondir notre compréhension des besoins spécifiques des étudiant.es-athlètes. Certaines normes du milieu sportif, comme le refus de se montrer vulnérable ou l’importance de ne pas déséquilibrer son équipe pourraient, entre autres, diminuer la motivation à intervenir à titre de témoin de violence sexuelle [4]. Il est donc important que des programmes soient développés afin de répondre plus adéquatement aux besoins et à la réalité des étudiant.es-athlètes en contexte universitaire. Cela souligne finalement le besoin de sensibilisation et de formation du personnel (entraîneur.es et gestionnaires) des départements athlétiques universitaires.

Références

[1] Bonar, E. E., DeGue, S., Abbey, A., Coker, A. L., Lindquist, C. H., McCauley, H. L., … & Walton, M. A. (2022). Prevention of sexual violence among college students: Current challenges and future directions. Journal of American College Health70(2), 575-588.

[2] Parent, S., Daigneault, I., Radziszewski, S., & Bergeron, M. (2022). Sexual violence at university: are varsity athletes more at risk? Frontiers in Psychology, 1942.

[3] Bergeron, M., Hébert, M., Ricci, S., Goyer, M.-F., Duhamel, N., Kurtzman, L., et coll. (2016). Violences Sexuelles en Milieu Universitaire au Québec: Rapport de Recherche de l’enquête ESSIMU. Université du Québec à Montréal.

[4] Tredinnick, L. (2022). Student-athlete barriers to bystander intervention: Assessing gender role conflict and intentions to respond post-sexual assault. Sport Social Work Journal, 1(1), 189-207

__________

Référence suggérée : Radziszewski, S. (2023, mars). Violences sexuelles à l’université : est-ce que les étudiant.e.s-athlètes sont plus à risque ? Le courage d’agir. www.couragetoact.ca/blog/VACS-en-contexte-sportif.

Stephanie Radziszewski

Stephanie est titulaire d’un doctorat en psychologie communautaire de l’Université du Québec à Montréal. Elle travaille actuellement comme professionnelle de recherche pour la Chaire de recherche Sécurité et intégrité en milieu sportif de l’Université Laval. Au cours des prochains mois, elle entreprendra un projet de recherche postdoctorale sous la supervision de Sylvie Parent afin de réaliser une évaluation de l’implantation du mécanisme Je porte plainte en collaboration avec le Regroupement Loisir et Sport du Québec. Les intérêts de recherche de Stéphanie portent sur les questions de pouvoir, y compris l’impact des structures sociales sur ces questions et la prévention de leurs conséquences potentielles. Elle s’intéresse également aux méthodes qualitatives, à la recherche-action participative et à l’évaluation de programmes.

Nouvelles connexes

Black History Month Booklist

Throughout February this year, we chose one book per week by Black thinkers that have shaped our understandings of gender justice in important ways. These four books are making Black

Read More